Baptiste Vanweydeveldt

double croquis de LeND-2010 (2010)

24,6x17,7x1,4 in ~ Dessin, Stylo à bille, Graphite ~ Bois, Papier


400,00 € Acheter sur Artmajeur

Livraison France: 77,20 $US (Livraison Premium avec assurance et suivi)

Transactions sécurisées: PayPal / Carte de crédit

Retours acceptés: 14 jours

Ces deux dessins sont les esquisses de la transformation d'une table de ping-pong comme un terrain vague.
Deux esquisses en 2010 d'une installation à venir, qui s'appellera "LeND", jeu de mot "comme la fin d'un territoire"...

Réalisés sur papier machine, l'un au graphite et l'autre au graphite et rehaussé de stylo à bille noir, montre de manière assez précise les différents éléments et petites constructions qui adjoindrai le projet... On a l'idée d'une maquette topographique de grande échelle, de jeu de construction en bois, de première formes qui interroge et déjoue la fonction même d'une table de ping-pong...

Le premier est très précis, on y voit la table posée sur une couverture de survie, une rangée de lampadaires et deux pilonnes (prémisses de pièces structurelles, chères à l'artiste Baptiste Vanweydeveldt) avec leurs rangés de fils sur lesquels sont pincés des photographies. La Table et découpée pour évoquer une montagne , ou du moins un mont, une frontière naturelle ; à l'inverse une palissade qui ne protège rien mais qui évoque quant à elle la frontière artificielle, la notion de seuil...
Quelques cubes construit sur le mode de la tenségrité jonche le terrain et comme les cartes postales ou photos amène un questionnement plus conceptuel, comme sur un autre plan de la représentation... Petit détail qui à son importance puisqu'on le retrouve aussi bien dans le second croquis et dans la réalisation de l'installation (comme un élément en soi) : une tache se répend sous le pli de "montagne" et sur la couverture de survie, cette tache est censée être une tache d'huile ou de goudron...

Le second croquis, plus libre , moins précis, mais d'autant plus évocateur sur le projet tel qu'il adviendra plus tard : la tête de lit fait son apparition (l'accointance des mesures fait qu'il y a association formelle) , les découpe sont plus nombreuse et la palissade fait place à un terrain de pelouse... Les deux pilonnes persistent et finiront par exister, la tache d'huile semble se précisée en forme animale, comme un chien ou un Anubis à peine esquissé (dieu funéraire de l’Égypte ancienne), la montagne devient une dune de sable avec quelques arbuste et herbes Oyat ( propre au plage de Bretagne, qui ont pour fonction de retenir les dunes du littoral )

A ce moment là, l'artiste n'a pas encore donné de titre au projet, il sait juste que cela concerne la partie "nature" d'une série de quatre installation, il l'a nomme "Naturae"... La réalisation m^me de l'installation sera faite jusqu'en 2012.

Encadrés dans du bois d'Ayous par un professionnel , les deux dessins sont séparés par un passe-partout mais reste dans le m^me cadre de 62.5x45 cm , avec un anneau d'accroche au dos pour faciliter l'accroche...

Ajouté le


Créé avec Artmajeur