Baptiste Vanweydeveldt

BlockBook#Laocoon (2019)

7,1x5,9x3,9 in ~ Sculpture, Papier ~ Papier


400,00 € Acheter sur Artmajeur

Ce BlockBook (sculpture de livre) est un deuxième essai sur le thème du statuaire, le premier étant la Danaïde d'après Rodin réalisé en 2018...
Avant de vous raconter ce que je sais de Laocoon, je présente brièvement le principe des BlockBook :

La série des BlockBooks est une série où j'expérimente différentes techniques sur des Livres de poches (cristallisation, assemblage d'objet divers...Je prends en compte de titre du livre ou non...)

Pour celui-ci, j'ai, comme le BlockBook#One (2012) , choisi de travailler à partir des tranches colorés des livres, spécificité de cette série édité entre 1962 et 63 . Ainsi la coloration et l'épaisseur du livre s'organise selon ce que j'appelle un "accord coloré" : un peu comme les synesthètes qui peuvent voir des couleurs correspondantes aux sons qu'ils entendent...
Comme je suis dans une période où je me questionne par rapport au "retrait du geste", je choisi que d'enlever du papier et non d'ajouter des matériaux ou couleurs comme je l'ai fait au début...

Ensuite il y a le choix du sujet, Le groupe de Laocoon est pour moi une image mentale. Je crois que la première fois que je l'ai vu , c'était une caricature dans Astérix...La notion de raccourcis (rétrécissement d'un membre dû à la pliure d'un coude ou d'un genou et son point de vue à la perspective en dessin) est difficilement appréhendable par les enfants qui ont tendance à mettre tout à plat, du coup, la représentation dans la B.D échappait totalement à ma compréhension et stimulait chez moi un aspect grostesque...

L'année dernière en faisant des recherches sur l'art du statuaire, j'ai retrouvé un extrait de Tite-Live, l'un ou le premier des historien de l'art qui parle de celle-ci, comme une évocation, il parle de "pathos", de relevé de sentiments inouïs à l'époque où l'on traitait le statuaire dans une perfection de détachement au réel .
En effet les statues représentaiant des dieux qui ne se soucient pas des humains, et leur attitude ne laissait pas ressentis propre au caractère humain se révéler... Hors Laocoon raconte l'histoire d'un prête qui aurait trahis les siens lors de la guerre de Troie et un serpent envoyé par les dieux l'aurait puni en le dévorant lui et ses deux fils...
Le Sculpteur avait ainsi l'occasion de figurer tout le baguage des emotions liées à la souffrance et aussi sortir de la statut droite et pétrifiée...
Le Serpent se mêlent aux corps et aux membres, dans des poses extatiques, les circonvolutions de douleurs laissent échapper un manifeste de sentiments!

Ce que je sais , et qu'il faut peut-être vérifier, c'est que la statue originale fut retrouvée en parties, et le Vatican aurait commandé au jeune Michel-Ange, une copie selon les écrits de Titie-Live, comme un premier contrat avant le plafond de la Chapelle...
Ce qui me plait, c'est la difficulté technique, comme un nouvel exercice à appréhendee avec la Dremel sur des livres, d'ailleurs la finesse est encore à redire, mais mes mains et outils ne sont pas encore assez accordés, mais c'est une épreuve concluante quand m^me!
Ensuite plus conceptuellement, c'est qu'a l'image d'un livre où la pensée d'une personne, souvent m^me décédé, passe par nos yeux et notre cerveau pour être traduit en images, nos images :
On apprends du passé pour évoquer un présent différé du réel voire un futur à imaginer...
A sa manière la sculpture dite "Le groupe de Laocoon" tient aussi de ce processus : des "dires", elle est décrite dans un livre puis interprétée et reconstruite en partie...
C'est encore cette légende du navire de Thésée qui me poursuit...

Baptiste Vanweydeveldt,2019

Ajouté le


Créé avec Artmajeur