Baptiste Vanweydeveldt

Blog

Ajouté le 15 mars 2019

Les samedi 30 et dimanche 31mars 2019, un parcours d'artistes est proposé dans le Pré-Boccage normand, organisé par l'association Réalité Art, 13 communes proposent une promenade active à la rencontre des artistes, dont je fait parti.

Ainsi dans une magnifique demeure, un moulin reconverti en maison d'hôte "Le Moulin d'Ajon" , m'a proposé une carte blanche. j'y exposerai sous forme d'une rétrospective mes dernières recherches sur le dessin et la couleur, ainsi que l'ensemble des volumes composant le corpus de la momie et des pièces structurelles, enfin les derniers BlockBook jouant sur les strates de(s) histoire(s)...

Cristallisations, livres, cabinet de curiosités et pièces expériMENTALes révèleront le(s) lieu(x) dont l'hospitalité est le mot majeur!

(une galerie "Moulin d'Ajon" va être mise en place dans la rubrique "galerie" de mon site).

Propos sur la série de travaux sur papier 2018 (3/3 part 1)

Ajouté le 19 oct. 2018

3/ Le retrait du geste...

J'ai depuis un ou deux ans amorcé une nouvelle approche de la pratique de l'Art ; le retrait du geste. 

Autant il y a quelques années j'en mettais plein et partout, dans tous les sens. J'avais même décidé de ne plus regarder mon travail lorsque je m'y attelais, jusqu'à l'épuisement physique ou de mon support... Je me rappelle Tania Mouraud qui a beaucoup suivi mes recherches en son et vidéo notamment qui disait de moi au bibliothécaire de l'école des Beaux-Arts de Tourcoing, Eric Hérasim : « Baptiste, il sue de l'art ! » …

C'est vrai que j'ai beaucoup exploré, lu, fait des expériences, collaboré avec d'autres artistes ; ce qui m'a permis peut-être de défricher un maximum de possibilités … J'apprenais ( ap-prendre : prendre pour soi ) comme un vorace...

Puis il y eut un écrit qui m'a fait réfléchir ( 3 en réalité... ) puis une rencontre vraiment déterminante avec Lydia Steciuk, en tant qu'artiste entre autre...

Le premier texte est une citation de Joseph Beuys issue d'un colloque avec Kieffer, Counelis et Gucci «Bâtissons une cathédrale». Il dit de mémoire qu'il est à Madrid, il est 5h du mat, il observe les balayeurs de rue qui effacent les traces de la veille, mais ainsi, ils préparent l'avenir, le territoire de la journée qui arrive... Il les qualifie de «grands génies» dans leur application à nettoyer les rues et les met en rapport avec les dit artistes qu'il considère en grande partie comme des fumistes !.. Il a le sens de la formule comme à son habitude ! En vlan pour les artistes contemporains...  

Mais je n'ai rien contre l'art contemporain et pour preuve, ma deuxième lecture est celle de Natalie Heinich «Les nouveaux paradigmes de l'Art Contemporain» où elle explique le mouvement de pensée qui s'est opéré au courant du XXe s. avec trois exemples très connus qui font modèles pour certains... Le premier exemple est celui de Marcel Duchamp avec le concept  de ready-made (à traduire comme déjà fait, sous-entendant que c'est le regardeur qui avec sa culture et ses propres affects construit l’œuvre comme objet de narration). Son deuxième exemple est celui de Yves Klein, qui fait un saut « dans le vide », photo énigmatique d'un homme qui se jette depuis un grand mur… dans le vide, un homme qui passe par là en vélo ne lui jette même pas un regard... Cette image fut publiée sur un journal qui ne paru qu'un jour, « Le journal d'un jour »... Le fait pour Yves Klein est de se jeter dans le « rien », de renoncer aux couleurs, pour en fabriquer une bien à lui l'IKB, renonçant à la facture du pinceau pour être que pure couleur... 

Son troisième exemple, dont j'ai déjà parlé est celui de Robert Rauchenberg qui prit une œuvre déjà faite (ready-made) mais d'un autre artiste De kooning, plutôt en vogue à ce moment et négocia avec lui un coup médiatique, une œuvre majeure pour ce faire remarquer en quelque sorte. Il sonna chez De Konning, qu’il connaissait un peu et lui exposa son projet « je voudrais effacer une œuvre ! » (pensez à Bansky qui vient de détruire partiellement une œuvre à lui pour faire le buzz). De konning lui sort quelques dessins et Rauchenberg insiste : non, non ! Une vrai œuvre, pas un truc ou une gomme suffirait ! De Konning revient avec un autre carton à dessin et ils choisissent ensemble quelque chose de difficile à effacer, au stylo à bille il me semble... Trois semaines, il aura fallu à Rauchenberg, tout jeune à l'époque, pour effacer l’œuvre d'un autre, il n'a jamais réitéré...

Tout ça pour dire que selon Heinich, ces trois artistes et pas des moindres, du moins pour moi, on fait un geste totalement nouveau, artistiquement simple mais assez complexe philosophiquement pour laisser une brèche ouverte à de nouveaux gestes qui reflètent notre société : la consommation, la fin des utopies et la question de la primauté de la vue...


Enfin, il y a  ce texte magnifique de Maguerite Duras, qui est en fait aussi un film, avec des balayeurs de rues (tiens!!) qui se nomme « Les mains négatives », ces traces communément nommées ainsi pour désigner les premières « œuvres » collectives que l'on retrouve dans les grottes pariétales...

(Lien vers le film :"Les mains négatives" )

Le texte de Duras est une ode à l'amour, à ce geste d'intention qu'est la main ouverte pour dire «Toi », "je-te-considère-du-regard-et-te-salut-de-la-main"... Un "pluri-signe" pour nous, rendu visible, un geste d'amour qui « Nous » est adressé, donné à voir du plus loin des âges, ces humains du passé qui ont marqué la pierre de leur passage pour nous signifier qu'ils ont été là et qu'il n'ont pas fait que survivre : ils ont crée, ils nous ont donné à voir leurs souffles&mains ouvertes...

Plus loin encore, ce geste, qui est loin d'être anodin, de faire passer le pigment  dans un tube et de le souffler, comme on envoie un baiser à la volée, de loin...   Ainsi recouvrir le revers de la main de couleur, cette main posée contre la paroi qui disparaît sous la couche de pigment soufflé et retirer celle-ci pour faire découvrir la réserve protégée par la main... 

Obtenir ce que je nomme « la présence d'une absence » : geste complexe puisqu'il n'est pas juste une empreinte mais une sorte de pochoir, une mise en réserve de la main...Et ça : ça me touche énormément ! Plus que Rauchenberg ! Plus que Heinich !..

Cette idée du « Retrait (de la main) du geste (du souffle) »  … A -35 000 an avant l'an 0 … INCOMMENSURABLE de sagesse (du geste à la pensée du geste) Déjà Nous avions été là ( le plus-que-parfait de l'indicatif...)...

Je vous laisse méditer et me com-prendre (prendre avec vous) ce qui me hante amoureusement.... et voilà pourquoi, quelque part, j'ai voulu effacer le support, être moi aussi dans le retrait du geste, effacer le recouvrement et découvrir comme un archéologue ce qu'il reste de l'image, éplucher délicatement du bout des doigts pour retrouver l'image occultée...


à suivre : Mnémosyne , mère des 9 muses...

Propos sur la série de travaux sur papier 2018 (2/3)

Ajouté le 16 oct. 2018

2/Suggérer l’ellipse...

La semaine dernière je vous ai parlé de la généalogie d'une envie, d'une idée mentale qui est probablement à l'origine de l'impulsion de cette série de travaux sur papier... Cette semaine, je voudrai m'attarder sur le processus de réalisation qui s'est mené pendant quelques mois pour que vous puissiez apprécier au mieux mon cheminement...

En 2014, avec un autre artiste Yohann Léveillé, nous avons monté une exposition à la SOPHIAgalerie sur Caen, pour cette exposition j'avais préparé, entre autre, une dizaine de dessins au crayon, aquarelle et stylo-bille sur de simple feuille A4 (voir photo1)vue de l'exposition avec Yohann Leveillé... Cette suite de dessins issue d'images connues, reprise de tableaux qui me sont chers, de sculptures, motifs et banque d'images se télescopent pour composer de nouvelles organisations (photo2), une sorte de Mnémosyne personnel qui se trouve jeter comme la base du plaisir de dessiner, au mieux, des premiers jets de futures gravures (médium que je redécouvrais à ce moment là...).Ces dessins très plaisant, suscitèrent beaucoup de retours, peut-être dus au fait que les images qui composent les dessins appartiennent à tous et toutes et qu'ainsi chacun peut se l'approprier...

Quand Annie, surtout intéressée par mes dessins, m'a proposé une exposition et me connaissant comme "installateur", m'a demandé si je faisais aussi des photos... A priori non, mais je me suis malgré tout concentré sur ce médium pendant deux ans, juste avant d'expérimenter la vidéo, j'ai pris des tas d'images en glanant par-ci par-là, à la recherche de "trucs" détails de matières, recherche de plans, portraits...2 classeurs remplis de "prise de notes" ...
Sa question, a suscité chez moi comme une réminiscence, je repense à ces deux classeurs remplis d'images dont j'en retiens de mémoire que quelques unes...(Peut-être le moment de regarder ce que je voulais retenir de ces années 1998 à 2004...

Parallèlement , j'expérimente depuis 2017, un procédé qui me plait bien : celui du report photographique, cela permet une grande liberté de composition et une action de "retrait".
En somme élimé la feuille matrice pour laisser transparaître le sujet précédemment occulté, à l'image des "mains négatives" de Duras (mais surtout des premiers humains), faire acte de la présence d'un passage d’effacement... La présence d'une absence... Entre le ready-made de Duchamp et "Erase De Kooning drawing" de Rauschenberg en quelques sorte...

(Je me doute que je vous perds...Car je ne formule pas une succession de gestes mais un processus de pensée qui m'a amené à...
Faites-vous l'image d'une tresse dans la tête et vous comprendrais mieux que ces différents moments cheminent vers le résultat... Si je titre cette présentation par le terme ellipse, c'est pas pour rien...)

Alors pour la GalerieART4, j'imagine cette nouvelle série : reprendre mes dessins et tenter de les recomposer qu'avec des images que j'ai photographié presque 10 ans avant, pour voir si il y a des récurrences dans mon attention aux choses...
Avec un logiciel de traitement d'images , fabriquer des "clusters" de photos et tenter de retrouver l'image mentale originel qui traverse le temps, à travers le tamis de ma pratique...
Par exemple, l'image de la tour de Babel apparaît deux fois dans mes esquisses et je la "retrouve" en photo au travers d’échafaudages et d'un verre pris en contre-plongée (photo3)...

Il me reste plus qu'a éplucher la feuille d'impression et laisser l'encre sur sa nouvelle surface (photo4)...

Je vous laisse apprécier à la GalerieART4, 18 rue Maison Molière 14111 Louvigny.
Ouvert sur RdV et le samedi et dimanche entre 15h et 19h , jusqu'au 14 octobre... Tel de la Galerie 06 83 29 79 66 (A.Bonnet)

à suivre épisode 3/ Le retrait du geste...

Propos sur la série de travaux sur papier 2018 (1/3)

Ajouté le 16 oct. 2018

1/Histoire de cette nouvelle collection de travaux sur papier:

Du point de vue sémantique...
En 2013, avec Lydia Steciuk(1), nous avons été invités par Galerie Rezeda(2) à une expo collective à Valences dans la bourse du travail, lieu réhabilité en lieu d'expo... non loin de là, le Musée des Beaux-Arts a dans sa collection des antiquités un magnifique espace qui évoque Pompéi.
En plus d'avoir un sarcophage en plomb (qui m'a beaucoup plu, malgré le fait que ce soit juste un sarcophage en plomb : quelques plaques rudimentaires ayant essuyé le temps, fragilement tenu par des petits anneaux...une sorte d'objet "Beuysien (Joseph Beuys)", même si c'est en vérité l'inverse référentiel... bref !).

Dans cette collection, dans une grande salle, il y a au sol, un "recouvrement" (et j'emploie ce terme en pensant à la pensée Lacanienne) d'une mosaïque dont je ne saurais dire à quoi ressemble la scène représentée, je me rappelle sa taille (6x7m au sol environ) avec des parties manquantes, des zones effritées à la vision, un puzzle inachevé...Ses manques avaient la forme de continents inconnus, des escarpes s’étiolant (j'ai envie de dire : ) "lentement"... Des myriades de détails de pixels de terres cuites émaillées composant un parterre remontant des âges antiques... Très, très grand émoi, trop, cela m'a ré-ouvert tout ce qui me plait dans les travaux de Rauchenberg, la série romaine, cette composition de cube indiciel qui s'agence dans une image prise "de coté" (impossible de la voir entièrement vu la grandeur...) un TERRIBLE souvenir qui se fait réminiscence à force de vouloir s'en souvenir, l'icone d'un rêve emmêlé dans les cheveux...

J'ai voulu pour cette série exposée à la GalerieART4 lever le voile et travailler mes souvenirs...


à suivre... "2/suggérer l’ellipse"

Baptiste Vanweydeveldt, octobre 2018

BlockBook eXperiments

Ajouté le 6 août 2018

Suite de mes expérimentations sur livres (série BlockBook).

J’ai récemment taillé, à la Dremel, la Danaïde de Rodin  dans un bloc de livres scellés dans un coin de béton , les livres préalablement pliés pour offrir les circonvolutions nécessaires au mouvement de la Danaïde…

Après deux semaines de taille, je réitère avec Le Groupe de Laocoon…  

A suivre…



Créé avec Artmajeur